• Léa

La naissance de Liv

J'ai souvent entendu "l'accouchement ne se passe jamais comme imaginé", et effectivement... Je vous raconte ce jour où notre vie a basculé pour toujours.



Liv est née le Jeudi 21 Novembre 2019 à Porto au Portugal. Je retrace pour vous sa venue au monde et nos premiers pas en tant que mamans.


Ma peur de l'accouchement

Du plus loin que je me souvienne, j'ai toujours voulu avoir un enfant, mais j'imaginais mille stratagèmes pour en avoir un sans passer par la case accouchement tant l'idée de ce moment m'effrayait... et puis un jour, mon désir de maternité est devenu plus fort que ma peur, et nous nous sommes donc lancées dans cette grande aventure.


J'ai eu quelques moments de panique durant la grossesse, et comme j'ai tendance à beaucoup aimer contrôler les choses, j'ai fais ce que je sais faire de mieux : anticiper. J'ai donc lu des bouquins (trop de bouquins...), j'ai regardé environ 1500 rediffusions de La Maison des Maternelles, et surtout j'ai participé avec Capucine à une préparation à l'accouchement. En amont, j'ai également choisi une gynécologue adorable, douce et rassurante et un hôpital dans lequel je me sentais bien, pour être le plus confortable possible pour le Jour-J. Toutes ces stratégies m'ont donné le sentiment d'être préparée et m'ont aidé à calmer l'angoisse.


Approchant de la fin de la grossesse, j'étais tellement impatiente de rencontrer ma fille que la peur n'était plus du tout le sentiment dominant.


Les jours d'avant

Dix jours avant mon terme, RDV de contrôle chez ma gynéco qui m'annonce que mon col est ouvert à 2cm ! Je suis extrêmement surprise, je ne m'attendais pas à une telle nouvelle, n'ayant eu aucun signe ni aucune contraction.

Elle me fait un décollement des membranes pour aider un peu. J'étais terrorisée par ce geste tant j'avais lu qu'il était douloureux, mais finalement c'est désagréable mais très rapide, je n'en garde pas un souvenir horrible !


Les 2 jours suivants ce RDV, j'ai énormément de contractions, très régulières. La douleur est supportable, avec Capu, nous sommes dans les starting bloc mais finalement au bout de 2 jours, tout s'arrête ! Plus rien !


C'est là que commence notre frénésie de tentatives pour me faire accoucher :

- J'ai mangé épicé, deux fois

- J'ai passé l'aspirateur, trois fois

- J'ai pris d'innombrables bains (pas écolo !)

- J'ai marché marché marché (je me suis même promené dans un cimetière parce que c'est ce qu'il y avait de plus grand et de plus près autour de moi !)

- J'ai même été jusqu'à acheter un framboisier entier chez Jardiland pour me faire une tisane avec ses feuilles...


Echec ! Alors j'ai patienté...

Le Jour-J

Et puis, la semaine suivante, dans la nuit du Mercredi au Jeudi, je me réveille vers 1h car j'ai mal au ventre, je vais faire pipi, je me recouche. Un quart d'heure plus tard, j'ai à nouveau mal mais je ne me pose pas de question.. et puis la douleur revient, toutes les 10 minutes... et là, ENFIN, je commence à comprendre ! (la nana n'attendait que ça depuis une semaine mais quand ça arrive, elle essaie juste de se rendormir.........!).

Je réveille Capu.

"Bébé, je crois qu'il se passe quelque chose.."

La gueule enfarinée, elle me demande si je suis sûre, comment je me sens etc. On essaie de rester un peu au lit, mais vers 2h, je ne tiens plus en place. Je décide d'aller prendre ma douche et de me laver les cheveux, car oui, mon obsession à ce moment là était de me faire un brushing (ceux qui me connaissent bien ne seront pas étonnés, je sais...). A ce moment là, les contractions commencent à être vraiment très douloureuses et espacées de 5 minutes, mais je tiens le coup et je termine mon brushing entre deux.

Et puis je me dis qu'il est trop tôt pour aller à la maternité alors je me mets à ranger frénétiquement l'appartement, à finir de préparer nos affaires et même à faire un peu de ménage (wtf ?). Le temps passe et finalement il est 5h30 ! Ne me demandez pas comment c'est possible, je n'en sais rien, avec le recul on a l'impression d'avoir passé seulement une heure chez nous avant d'aller à la maternité mais en fait il s'est passé des heures...

Les contractions se sont rapprochées, toutes les 3 minutes, et elles me terrassent, j'ai l'impression d'entrer en combustion à chacune d'elle...

On saute dans la voiture et arrivons à la maternité à 6h. Tout est calme et silencieux, je suis heureuse d'y arriver à cette heure-ci et pas en pleine heure de pointe.



À la maternité

À mon arrivée, une sage femme m'examine et m'annonce avec grand étonnement que mon col est ouvert à 4cm ! Je suis super contente, je me dis qu'au moins, c'est déjà ça de fait. Elle s'empresse d'appeler l'anesthésiste car elle sait bien qu'à ce stade, les contractions commencent à être très violentes... J'ai de plus en plus de mal à les supporter.

A 7h, la péridurale est posée, et ma gynéco est avec moi. Elle m'examine et Ô stupeur, je suis maintenant dilatée à 6cm ! Moi qui pensais que la dilatation prenait des heures... je m'étais mentalement préparée à une attente interminable et puis en fait pas du tout !

Elle me perce la poche des eaux pour aider le travail. Elle peut me faire tout ce qu'elle veut, pas de problème, depuis que j'ai la péridurale je revis !

Suite à ce geste, elle me regarde et me dit "Léa, tu es à 8cm !".

Alors là on hallucine complètement avec Capu... J'avais d'ailleurs RDV le jour même avec ma gynéco, à 10h30, je blague avec elle en lui disant que je vais accoucher sur le créneau du RDV pour ne pas décaler son emploi du temps ! Elle me dit que c'est probable.


Moins d'une heure après, me voilà à dilatation complète. La sage femme me dit que maintenant Liv doit s'engager dans mon bassin et qu'elle va m'y aider.

Elle me donne un ballon de pilates et me fait faire des exercices, pendant ce temps Capu me masse le dos (merci bébé!), ensuite elle me fait faire des squats, oui vous avez bien lu, des SQUATS avec mon ventre énorme ! J'ai l'impression à chaque fois que mes jambes vont lâcher tellement je me sens lourde.

De retour dans mon lit, elle essaie de me faire pousser pour l'aider à s'engager, 30 minutes plus tard, on est toujours au point mort.

Ma gynéco revient et tente une petite manipulation, et là, elle devient blême, le cœur de Liv chute complètement. Elle me fait me positionner différemment, bouge mon ventre, et son cœur repart....

Je commence à trembler comme une feuille, je pense que c'est à cause de mon stress (même si je suis de très bonne humeur et très contente!) et probablement aussi à cause de la péridurale.


Depuis la dilatation complète, quasiment 5 heures se sont passées, mais moi je ne m'inquiète toujours pas, jusqu'à ce que ma gynéco entre dans ma chambre avec une petite mine...

"Léa, il va falloir faire une césarienne..."

Bizarrement, je ne m'y attendais pas du tout. Le travail s'était tellement vite passé, tout s'était tellement bien déroulé, que je ne pouvais pas croire à cette issue. Je suis complètement décontenancée... je tremble de plus belle, je vomis (de peur probablement), je pleure... bref pas très joli tableau. Heureusement, comme depuis le début, Capucine est là avec moi, et ça c'est toujours le plus important.


La césarienne

On m'embarque sur mon brancard, et je pleure je pleure je pleure, et je tremble je tremble je tremble... Dans le couloir qui me mène au bloc, ma gynéco et mon anesthésiste me caressent les cheveux en essayant de me rassurer au maximum, je me sens super chanceuse d'être entourée de personnes aussi adorables qui ne me laissent pas dans ma détresse. On me fait entrer au bloc, pièce glaciale et d'un blanc immaculé.

Une dizaine de personnes s'affairent autour de moi...Les minutes paraissent des heures, on me prépare...

Une fois prête, on fait entrer Capucine, habillée comme un docteur, je me dis que ça lui va bien. A peine installée à mes côtés, ils commencent.

Même si je ne ressens aucune douleur, je sens TOUT. Je sens des mains dans mon ventre, je sens qu'on me bouge, que ça tire... Je demande à Capu de me parler, elle me raconte tout un tas de choses dont je n'ai absolument pas le souvenir, et elle non plus d'ailleurs, mais sur le moment je me souviens que ça me fait beaucoup de bien.


Et là... à 15h12, ma gynéco sort notre bébé, l'anesthésiste baisse le champ opératoire pour que nous puissions la voir. Elle ne respire pas tout de suite et est très violette, évidemment je m'entends dire "Pourquoi elle ne pleure pas ??", mais quelques secondes plus tard, elle pousse son 1er cri et moi je verse mes 1ères larmes !  

Ils nous l'apportent, et me la posent sur le visage, mes mains sont attachées à la table, je ne peux donc lui faire que des bisous et sentir sa petite odeur de bébé...

Capucine & elle partent rapidement car il fait très froid dans le bloc.


Je ne me sens pas très bien, j'aurais eu besoin de Capucine à mes côtés mais je préférais qu'elle aille avec Liv. Je crois que c'est là que j'ai pris conscience d'être devenue Mère, en faisant passer mon bébé avant moi...


Quelques minutes plus tard, ils ont autorisé Capucine à m'amener Liv, que j'ai pu cette fois ci toucher et un peu mieux découvrir. Elles sont ensuite allées m'attendre à côté.

L'opération a duré encore une heure de plus car ma gynéco en a profité pour enlever un appendice qui avait une couleur étrange.. C'était interminable, je n'en pouvais plus, je n'avais qu'une seule obsession : retrouver mon bébé.


En salle de réveil, Capu et Liv m'ont tout de suite rejoint, et j'ai enfin pu découvrir ce petit être, que j'ai tout de suite trouvé adorable... Les premiers mots de Capu ont été :

"C'est ton portrait craché ! Elle a ton nez, tes oreilles, tes grands yeux...!"

Elle était tellement ébahie par la mignonnerie de sa fille... Ça a remplit mon cœur de joie de constater que le lien entre elles était déjà crée.. La césarienne aura au moins eu le mérite de permettre à Capu d'avoir un rôle à jouer dès le tout début de sa vie.

Nous avons passé les heures suivantes à nous découvrir, toutes les 3...

Notre nouvelle vie commençait.


Bilan

Même si mon accouchement ne s'est pas du tout déroulé comme je le pensais, j'en garde un excellent souvenir, comme quoi on peut avoir une césarienne d'urgence mais ne pas en être traumatisée ! Je pense que c'est en grande partie dû au fait que Capucine ait pu rester avec moi à chaque instant, que l'équipe médicale ait été juste formidable et que je ne me sois pas sentie dépossédée de ce moment !


Je vous souhaite de beaux accouchements, futures mamans...  


À très vite !


REJOIGNEZ MA LISTE D'ABONNÉS

  • Instagram

© 2020 par Léa & Capucine - Mentions Légales

  • Noir Icône Instagram