• Léa

Faut-il faire croire à son enfant que le Père Noël existe ?

Noël approche à grand pas ! C’est le deuxième que nous passons avec Liv, mais le premier où elle va avoir conscience du folklore qu’apporte cette période de l’année.

Il nous est alors venu un questionnement : allons-nous entretenir la légende du Père Noël et y faire croire Liv ?


Notre constat et notre avis

Pour répondre à cette question, j’ai fait appel à ma propre expérience d’enfant. Je me suis remémoré les doutes que j’avais sur l’existence de ce vieux monsieur habillé en rouge quand j’étais petite, et je me suis souvenue très nettement du sentiment de trahison que j’ai ressenti quand j’ai compris qu’il n’existait pas et que mes parents m’avaient menti. Que ce Père Noël n’existe pas, je m’en fichais, mais j’ai eu le cœur brisé de comprendre qu’ils pouvaient me mentir, eux en qui j’avais toute confiance, et en plus sans but vraiment précis.

Pour Capucine, c’est simple, elle ne se souvient pas de cette période de sa vie, donc pas de gros traumatisme !

Nous en avons donc discuté, et nous sommes mises d’accord pour ne pas entretenir ce mythe auprès de notre fille (il en va de même pour les cloches de Pâques, la petite souris…).

L’atmosphère et la magie de Noël se vivent pour nous à travers les décorations, les senteurs, les couleurs, la chaleur de notre foyer, les musiques de Noël, les lumières, les marchés de Noël, la nourriture, les moments partagés en famille, les cadeaux, la bûche, les histoires de Noël, le froid, le sapin… C’est tout ce que nous souhaitons partager avec elle.

Nous lui lirons des histoires sur le Père Noël, sur ses lutins et ses rennes, mais sans pour autant lui faire croire qu’il existe pour de vrai, qu’il va descendre par la cheminée dans la nuit et entrer chez nous sans un bruit pour y déposer des cadeaux (ça aussi au passage, ça peut être un peu anxiogène pour un enfant !).

Pour moi, il est aussi important qu’elle sache que ce sont tous les membres de sa famille qui ont cherché des cadeaux qui lui feront plaisir, qui les ont achetés, emballés, déposés au pied du sapin, dans le seul but de voir ses yeux pétiller. Ce sont eux les héros, pas le Père Noël ! Je souhaite qu’elle puisse les remercier, et ne pas penser que ces cadeaux tombent du ciel.

Si un jour elle s’aperçoit que le Père Noël a été plus généreux avec elle qu’avec l’une de ses amies ou inversement, je ne veux pas qu’elle se dise qu’elle a été moins méritante que son amie aux yeux du Père Noël, mais qu’elle comprenne que toutes les familles n’ont pas les mêmes moyens financiers.

Dernier point, je souhaite lui expliquer également qu’elle risque de rencontrer d’autres enfants qui eux, croient en cette légende, et que chacun à la liberté de penser et de croire ce qu’il veut et qu’elle ne doit donc pas briser leurs croyances. Ceci est valable aussi pour d’autres sujets tels que la spiritualité par exemple, et je trouve que c’est un bon moyen de l’amener vers plus de tolérance.

Vos avis

Je vous ai interrogé sur Instagram à ce sujet il y a quelques semaines, et les retours ont été extrêmement nombreux, riches et variés.

Ce que j’ai constaté c’est que les parents qui ont vécu enfant le mythe du Père Noël avec bonheur et magie, et ne se sont pas sentis trahis par leurs parents ont tendance à vouloir entretenir cette même magie et à la transmettre à leurs enfants. Et c’est très chouette ! Il y a aussi les parents qui disent ne pas souhaiter faire grandir leurs enfants trop vite en les préservant de certaines vérités.

Souvent, ceux qui comme moi l’on moins bien vécu ne souhaitent pas perpétuer cette tradition.

Il peut tout de même y avoir des alternatives entre ces deux positions. Par exemple, on peut conter à son enfant la légende du Père Noël et le laisser décider s’il a envie d’y croire. On peut également lui expliquer qu’une partie des cadeaux vient de la famille, ainsi il se rend compte des efforts fournis par chacun pour lui faire plaisir et peut remercier, et dire qu’une autre partie des cadeaux vient du Père Noël, ce qui entretient la légende.

Dans tous les cas, c’est un sujet qui fait débat et qui suscite parfois de vives réactions tant ces mythes de l’enfance sont ancrés dans notre culture depuis des décennies, et les remettre en question, c’est soulever plein d’autres problématiques liées à l’enfance et à l’éducation.

Ce qui est sûr, c’est qu’il n’y a pas de bonne ou de mauvaise façon de faire. Il y a seulement la façon de faire de chaque parent, par rapport à la personnalité de son enfant, par rapport à sa propre histoire aussi.

J’ai également eu le retour d’expérience de plusieurs adultes à qui l’on n’a jamais fait croire à l’existence du Père Noël. Ils sont unanimes : ils étaient heureux de la confiance que leurs parents leur accordaient en leur disant la vérité, et se sentaient responsabilisés. Ils ne cassaient pas les rêves de leurs amis, et appréciaient de pouvoir remercier les membres de leur famille. J’espère que Liv pourra en dire autant 

Et l’entourage dans tout ça ?

Un autre point fait régulièrement surface : la famille et l’entourage.

Comme pour chaque sujet lié à l’éducation, les parents ne souhaitant pas entretenir les légendes de l’enfance ont peur de ce que pourrait en dire leurs familles, notamment les grands-parents, oncles et tantes etc.

Il est probable que chez nous aussi, ça pose question. Tout comme pour tous les choix éducatifs que nous avons fait pour Liv jusqu’à présent : cododo, alimentation autonome, lit au sol, langage des signes…

Ces choix-là, nous avons pris le temps de les expliquer, de montrer leurs bienfaits et notre cheminement pour en arriver là. Non pas pour nous justifier ou encore moins pour convaincre, mais simplement pour enseigner en faisant découvrir des méthodes éducatives différentes (surtout par rapport aux générations plus anciennes).

Résultat : nos proches, au premier abord sceptiques sur certains de nos choix, se sont maintenant convaincus du bienfait de tout ce que nous avons mis en place en voyant Liv épanouie.

Pour le Père Noël, nous procéderons exactement de la même manière, et je vous invite à faire de même : expliquer sans chercher à convaincre, répondre aux questionnements sans se sentir agressé, et surtout dire et redire que ce n’est pas parce qu’on fait différemment que notre famille ou notre entourage fait mal. C’est juste différent, et c’est tout !

Je serais ravie d’échanger avec vous à ce sujet, en commentaires ici ou sur Instagram…

A très vite !

REJOIGNEZ MA LISTE D'ABONNÉS

  • Instagram

© 2020 par Léa & Capucine - Mentions Légales

  • Noir Icône Instagram