• Léa

Les dessous de notre expatriation au Portugal !

C’est un sujet qui revient très souvent dans vos questions : notre nouvelle vie au Portugal. Pourquoi sommes-nous parties ? Dans quelles conditions ? Qu’y faisons-nous ? Comment est la vie sur place ? Est-ce que l’on est heureuses de notre choix ou le regrette-t-on ? Je réponds à toutes vos questions aujourd’hui.

D’où est venue cette envie d’ailleurs ?

Il faut d’abord savoir que Capucine & moi sommes deux électrons libres qui ont vraiment la bougeotte… Nous sommes passionnées par les voyages, la découverte, les nouvelles cultures, la cuisine du monde, les paysages toujours différents, les odeurs et les couleurs, bref, vous avez compris.

Nous commencions à nous sentir un peu à l’étroit dans notre lieu de résidence, Cannes dans le Sud de la France, et avions besoin de nouveaux challenges. Nous avons donc su très tôt que nous irions habiter ailleurs, sans savoir exactement où…

Pourquoi le Portugal ?

Nous avons visité quelques pays, quelques villes, mais n’avions pas les moyens de nous lancer dans un tour du monde pour voir où nous nous sentions le mieux… Nous avons eu un réel coup de cœur pour le Costa Rica, mais manquions de moyens financiers pour nous y installer, car c’est un pays extrêmement cher. Et puis, nous avons eu l’occasion grâce à une semaine de vacances qui est tombée en Juillet 2017, de visiter le Portugal, plus précisément Lisbonne, Nazaré & Porto.

Nous avons beaucoup aimé ce que nous y avons découvert, une certaine douceur de vivre, une vie plus simple, de l’authenticité, de beaux paysages assez diversifiés, des prix encore plutôt abordables, un pays ultra sécure, des opportunités en terme de création de business, une situation géographique qui ne nous couperait pas trop de nos familles & amis… Tous les voyants étaient au vert, même si le Portugal n’était pas notre destination de rêve par excellence !

Porto a été un coup de cœur par rapport à Lisbonne, nous avons trouvé la ville beaucoup plus authentique, et touristique oui, mais qui n’a quand même pas perdu son âme. La proximité de l’océan était aussi très importante pour nous.


Et après ?

Après réflexion, et étude du projet, nous avons décidé de retourner à Porto pour visiter un peu plus la ville en Octobre 2017 et voir si notre coup de cœur se confirmait, et ça a été le cas ! Alors, en Novembre, nous faisions nos valises et partions à l’aventure… ! Nous avons mis seulement nos habits d’hiver dans notre Smart (oui oui, on est des oufs), embarqué le chien, et avons roulé durant 1600km pour atteindre Porto.

Nos craintes au moment de quitter notre nouvelle vie ?

Evidemment, tout plaquer du jour au lendemain, et débarquer dans un pays quasiment inconnu, ça fait peur. Peur de l’inconnu, peur que finalement ça ne nous plaise pas, peur de se mettre dans une situation financière délicate, peur de quitter nos familles, nos amis, nos habitudes, peur de ne pas arriver à mener à bien nos projets, et les autres peurs sont nombreuses. Mais nous étions tellement motivées par le challenge que tout cela représentait que nous avons décidé de surmonter notre trouille pour nous jeter dans le vide.

J’ai coutume de dire « sautes, et le filet apparaitra ! ».

Notre arrivée à Porto et la recherche d’un appartement

Dans un premier temps, nous avons loué un Airbnb pour nous permettre de chercher un appartement à louer… Cela nous a pris 5 semaines, c’était très long pour nous mais nous nous sommes rendues compte que le marché de l’immobilier au Portugal était assez compliqué, et les prix ont tendance à s’envoler quand les loueurs s’aperçoivent que vous êtes française…

Sans fiche de paie, ni feuille d’impôt locale, ce n’est pas simple non plus, il a donc fallu payer 5 mois de loyer d’avance pour prouver notre bonne foi, c’est souvent le cas quand on est expatrié, et qu’on ne peut justifier d’aucun revenu, peu importe le pays.

La découverte d’une nouvelle culture et d’une nouvelle langue

Très vite, nous avons eu envie de découvrir la ville, les habitants, la cuisine locale et nous sommes donc lancées dans la visite de différents quartiers… ce moment d’exploration est vraiment sympa ! Bien sûr, toutes les découvertes ne sont pas toujours que positives, mais nous y reviendrons plus tard.

Nous ne parlions pas un mot de portugais avant d’arriver, il était donc évidemment très déstabilisant pour nous d’appréhender cette nouvelle langue et très vite nous avons essayé de capter chaque phrase, de comprendre le sens de chaque mot entendu… Heureusement, les portugais sont vraiment très bon en langues, les plus jeunes parlent fréquemment un anglais parfait, et les plus âgés ont souvent appris le français à l’école et se font un plaisir de l’exercer lorsqu’ils croisent des francophones, nous nous en sommes donc sorties comme ça dans les premiers temps.

Il était primordial pour nous d’apprendre cette nouvelle langue pour nous adapter au mieux à notre nouvelle ville, à sa culture et à ses habitants. Lorsque vous parlez la langue locale, vous gagnez également en crédibilité, et les locaux sont ravis que vous fassiez tout pour vous faire comprendre.

Quelques mois plus tard, nous avons pris 20h chacune de cours de portugais pour poser les bases mais n’avions pas les moyens de prendre plus de cours et pas le temps non plus car quand nous nous sommes inscrites pour les cours, nous avons trouvé notre business peu de temps après et avons commencé à travailler.

Tout le reste, nous l’avons appris directement au contact des clients en travaillant !


Notre business

Très vite, nous savions que nous voulions ouvrir notre propre commerce, non seulement car nous voulions tenter l’expérience de travailler en couple et d’être nos propres patronnes, et également car, ne parlant pas bien portugais, il aurait été compliqué pour nous de nous faire embaucher. Un autre point important est que les salaires sont très bas au Portugal (le Smic est à 600€), vaut mieux donc travailler pour soi.

Je travaille dans la communication et l’évènementiel mais suis aussi formée au développement commercial, et Capucine était barmaid et gérante de boîte de nuit, à nous deux nous avions donc quelques capacités de gestion et de création de business. Nous avions pour but d’ouvrir un petit café, un endroit où l’on se sentirait un peu comme à la maison, et cherchions l’endroit parfait pour cela. Nous avons mis 6 mois à le trouver… Ce temps nous a paru très long, alors qu’en réalité 6 mois était un laps de temps plutôt rapide pour se mettre complètement en place dans une ville où l’immobilier est compliqué et va très vite, car en plein essor.

En Mai 2018, The Happy Nest est né ! Notre petit café, créé avec beaucoup d’amour. Nous y servions à manger le midi et de supers brunchs le weekend.


Les côtés un peu moins cool

Même si l’expérience est plus que positive et que nous estimons avoir « réussi notre expatriation », il y a bien évidemment des aspects que nous avons moins appréciés, les voici, en toute sincérité :

- La différence de comportement entre les portugais de France et les portugais du Portugal :

En France, il y a une grande communauté d’immigrés portugais, souvent arrivés dans les années 60 pour fuir la dureté du Portugal de l’époque. Autant Capu que moi avons énormément de potes portugais en France, et on les a toujours trouvés hyper gentils, accueillants, généreux, et la plupart des gens disent que ce sont des caractéristiques du peuple portugais en général.

Alors forcément, quand, à notre arrivée et durant les premiers mois, malgré toute notre bonne volonté et nos sourires permanents, nous nous sommes confrontées en masse à des mines renfrognées, à une absence de politesse de base (type bonjour, au revoir, merci), et un manque de chaleur humaine, nous sommes restées un peu perplexe.

Cela n’a jamais été causé par le fait que nous soyons un couple de femmes, puisque la plupart des gens ne s’en apercevaient même pas, le problème principal était que nous soyons françaises… Et ça nous l’avons compris assez rapidement !

Les portugais sont assez nationalistes, et ces dernières années, bon nombre d’anglais, de français, de brésiliens sont venus s’installer dans leur beau pays, cela a eu pour cause d’enrichir le pays mais aussi de faire augmenter les prix et dans les grandes villes de les faire se sentir moins « chez eux », alors forcément l’accueil n’était pas fou.


Au fil du temps, nous avons réussi à prouver à notre entourage portugais et à nos clients que nous étions des personnes simples et de bonne volonté, et avons gagné leur sympathie.

- La fausse image du Portugal « eldorado » :

Spoiler alert : vivre au Portugal ne coûte pas rien ! Le pays n’est plus celui qu’il était il y a quelques années. Aujourd’hui vivre dans une grande ville telle que Lisbonne ou Porto coûte réellement cher, les loyers sont très élevés (nous vivons en banlieue de Porto car le centre est clairement inaccessible pour nous), les courses sont peut-être 10% moins chères au mieux mais le tarif de l’essence est équivalent ou plus élevé qu’en France et l’électricité est carrément 30% + chère !

Ce qui est abordable et qui saute aux yeux lorsque l’on est touriste à Porto, c’est les restaurants qui sont très abordables par rapport à la France, et le prix des loisirs en général. Même si tout tend vers l’augmentation…

Il faut donc être préparé à cela, malgré la fausse image souvent véhiculée à propos du Portugal Eldorado… surtout lorsque l’on sait que le smic est 50% du smic français… Pour les retraités c’est intéressant, pour les jeunes actifs, vaut mieux arriver en connaissance de cause et avec un projet solide !

- La météo :

Systématiquement, lorsque l’on me parle de notre vie au Portugal, on m’avance des propos tels que « oh mais au Portugal il fait toujours beau et chaud » !

Spoiler alert n°2 : c’est faux !

Effectivement, à partir de Lisbonne jusqu’au Sud, le temps est plutôt clément et ensoleillé, mais l’hiver à Lisbonne il ne fait pas forcément chaud mais plutôt doux, et cela n’évite quand même pas une forte humidité.


Au-dessus de Lisbonne et donc à Porto, où nous vivons, le temps est beaucoup plus aléatoire, c’est assez pluvieux, parfois froid, et surtout extrêmement humide, à tel point qu’il est compliqué de trouver un logement sans traces d’humidité sur les murs, qu’il est impossible de faire sécher correctement son linge, et qu’il vaut mieux se munir d’un déshumidificateur si l’on veut vivre correctement.

Sur ce point, nous savions que nous allions perdre en qualité niveau météo par rapport au sud de la France, mais n’avions pas imaginé que ce serait à ce point là !

Comment est perçue notre couple & notre famille au Portugal ?

Avec Capucine, nous avons l’habitude de faire attention à ce que l’on fait en public, parce qu’en France les réflexions constantes nous fatiguaient vraiment et que lors de nos voyages nous n’étions jamais vraiment sûres de la mentalité des locaux à ce niveau-là. Il nous est même arrivé de ne pas aller dans certains pays qui pénalisent l’homosexualité par exemple car nous trouvons cela dangereux et contraire à notre éthique.

Quand nous avons fait nos repérages au Portugal, nous nous sommes donc renseignées. Tout le monde sait que les portugais sont très croyants, mais il ne faut pas avoir de préjugés sur cela. C’est simple, en deux ans et demi au Portugal, nous n’avons JAMAIS subi de réflexions désobligeantes, de regards de travers, personne ne nous a fait nous sentir mal, ni en tant que couple ni en tant que famille et même lors de ma grossesse ou de l’accouchement où Capu a toujours été parfaitement intégrée.

Les portugais sont assez tolérants, ce qui se passe chez vous vous regarde, ce qui se passe chez eux les regarde et tant qu’on ne les embête pas, c’est ok !

J’ajouterais aussi que sur le point de la sécurité : on revit ! Le Portugal est un pays extrêmement sécure, il y a très peu de criminalité et d’incivilités, nous n’avons jamais été victimes d’harcèlement de rue ici, ce qui était loin d’être le cas en France.


Se faire des amis en tant qu’expatriées

Au niveau de notre vie sociale, nous ne voulions pas tisser des liens seulement avec des français, nous voulions être les plus intégrées possible. Mais comme dit précédemment, tout ne s’est pas déroulé comme prévu à ce niveau-là.


Lorsque vous vous expatriez, et que vous arrivez dans un nouveau pays, les locaux ont déjà leurs vies, leurs amis, leurs activités et leurs habitudes, alors que pour vous tout est à découvrir et à créer, y compris un cercle amical ! En gros, vous, vous cherchez des potes, et eux, ils ont déjà ce qu’il faut !

Alors par la force des choses, on a tendance à se rapprocher des personnes dans la même situation que nous, avec les mêmes envies et les mêmes attentes : des expatriés donc ! Nous avons quelques amis français, mais aussi brésiliens, chacun avec un parcours différent, et finalement ça nous va bien, même si nous continuons de tenter de nous lier au mieux avec les locaux.


Notre situation aujourd’hui

Depuis, nous avons vendu notre café, car il n’était pas possible de continuer de l’exploiter avec un bébé. Je suis revenue à mon métier originel qui est l’organisation d’évènements, et particulièrement de mariages ! Nous organisons donc maintenant de belles unions au Portugal pour des couples francophones.

Parallèlement à notre travail, vous le savez surement déjà, nous aidons les femmes célibataires et couples de femmes dans leurs parcours PMA au Portugal !

Pour conclure…

En conclusion, nous encourageons chaque personne qui le souhaite à sauter le pas de l’expatriation, peu importe le pays, car le jeu en vaut la chandelle. Que ce soit pour quelques mois ou pour la vie, c’est une expérience plus qu’enrichissante et dans notre cas elle nous a apporté beaucoup d’assurance, de bonheur, l’apprentissage d’une nouvelle langue, la connaissance d’une nouvelle culture, de l’adaptabilité, la certitude que nous sommes faites pour travailler ensemble, et… un beau bébé au passage (comme quoi dans la vie, on arrive jamais nulle part par hasard ;) )

Malgré les quelques points plus négatifs que nous avons exposé, nous ne regrettons absolument pas notre choix et ne l’avons d’ailleurs jamais regretté. Il n’y a pas de destination parfaite, il n’y a que des destinations avec des points positifs et négatifs, il suffit de trouver les points négatifs qui sont les + « supportables » pour vous…

Je vous prépare un article très bientôt regroupant quelques conseils utiles lorsque l’on veut se lancer dans une expatriation !

A très vite !

REJOIGNEZ MA LISTE D'ABONNÉS

  • Instagram

© 2020 par Léa & Capucine

  • Noir Icône Instagram