• Léa

Être l'autre Maman

Quotidiennement, on m’interroge sur le rôle de Capucine en tant qu’autre Maman de Liv. Je sens beaucoup de doutes et d’inquiétudes de la part de nombreuses futures mamans, et j’ai également plusieurs retours d’expérience de couples qui ont déjà un bébé… Voici un aperçu des expériences de chacune, et les réponses aux questions que vous m’avez posées sur Instagram.

Comment ça se passe pour nous ? (et pour beaucoup d’autres couples !)

Capucine & moi, nous avons toujours été une équipe dans les bons, comme dans les mauvais moments, et nous avons envisagé la maternité comme on envisage notre vie entière : ensemble, quoi qu’il arrive, en se serrant les coudes.


Bien sûr, durant la grossesse nous nous sommes interrogées, nous avons beaucoup discuté de la potentielle façon dont les choses pourraient se passer, nous avons échangé nos points de vue sur divers sujets tournant autour de la maternité. C’était déjà une bonne chose pour voir si nous étions sur la même longueur d’ondes, et si ce n’était pas le cas, pour trouver des compromis.


Mais nous n’avons JAMAIS fait de cette problématique de « deuxième maman » une obsession ! Ça n’a pas été un vrai sujet chez nous, encore moins un réel problème… Nous nous sommes complètement laissées porter et quand Liv est arrivée dans nos vies, l’évidence était là : nous étions ses Mamans, c’est tout…


Je pense que parfois, rien ne sert de se torturer l’esprit, il vaut mieux vivre et ressentir les choses… surtout dans la situation merveilleuse d’une naissance !


Au quotidien, Capucine et moi nous occupons d'elle de la même manière, chacune de notre côté si l’autre est occupée, ou alors ensemble comme pour le bain par exemple, que nous lui donnons toujours toutes les deux (c’est beaucoup plus rigolo de faire pipi sur deux mamans que sur une seule !). Elle est aussi bien dans mes bras que dans les siens, même en cas de crise. Bref, elle a maintenant 3 mois et nous ne voyons toujours aucune différence. Nous verrons comment notre relation à toutes les 3 évoluera avec le temps !


On nous demande souvent si nous avons « l’instinct maternel » ? Pour moi, il n’existe pas. En revanche, l’instinct (tout court !) et l’intuition eux, sont bien réels. Je pense qu’on vit sa maternité avec instinct si l’on vit déjà sa vie quotidienne à travers son intuition…

En effet, toutes les deux, nous avons un fort 6ème sens, toutes nos décisions sont guidées par notre instinct, nos pressentiments, nos intuitions… Nous n’allons jamais contre nos ressentis. Alors naturellement, quand Liv est née, nous nous sommes mises à son écoute et avons agit avec elle selon ce que notre instinct nous dictait de faire…

Tout ça pour dire que deux mères (ou deux pères !) sont tout.es deux capables de savoir ce dont leur bébé a besoin, il suffit de s’écouter…


Comment ça se passe pour d’autres ?

(j’ai rédigé cette partie grâce aux témoignages de plusieurs mamans, qui vous livrent ici un morceau de leur histoire et leurs conseils)


Dans d’autres familles, les choses ne sont pas aussi évidentes, en tout cas au départ, car rassurez-vous, même si vous vivez des débuts difficiles, tout passe et finit par s’arranger !


La perte de repères

Pour certaines « deuxièmes mamans », il est difficile de trouver sa place. Une naissance, peu importe le type de couple, chamboule tout sur son passage, transforme notre relation et nous transforme nous-même, il y a donc parfois besoin d’un temps d’adaptation, pour que chacun trouve le rôle et la place qui lui conviennent dans ce nouveau trio.

Pour surmonter cette période compliquée sans y perdre de plumes, il faut absolument COMMUNIQUER, parlez de vos ressentis, de vos questionnements, vos doutes, vos peurs, vos angoisses, à votre femme mais également à des personnes hors du cercle familial, qui pourront vous donner une autre vision des choses et apaiser vos tourments.


L’allaitement

Certaines « secondes mamans » peuvent se sentir un peu mises de côté lorsque leur femme allaite, peut-être un peu plus que s’il s’agissait d’un papa, qui lui de toute façon n’est pas en capacité d’allaiter son bébé. Là encore, le dialogue est roi !

L’allaitement étant la meilleure chose qu’il soit pour votre enfant, il n’est évidemment pas question d’y renoncer si vous en avez envie, par contre des solutions peuvent être mises en place pour que cette aventure lactée soit vécue de la meilleure façon qu’il soit pour tout le monde.


Par exemple, vous pouvez faire du peau à peau avec votre bébé, (et pas seulement quand il vient de naître), la maman allaitante peut tirer son lait, pour que vous puissiez aussi nourrir votre bébé (plusieurs solutions existent pour éviter la confusion sein/tétine).


Et alors… solution ultime : l’allaitement induit.

Le quuuuuuoi ? Oui, vous avez bien lu, il s’agit de provoquer une montée de lait chez la maman qui ne porte pas le bébé.

Et oui, le corps humain est magique, il peut produire du lait sans qu’on ait été enceinte…

A l’aide d’un protocole médicamenteux très précis, d’une stimulation au tire lait, et de beaucoup de patience et de détermination, quasiment n’importe quelle femme est capable d’induire sa lactation ! 4 boobs pour nourrir un bébé, si c’est pas beau ça ;)


La lourdeur administrative et le regard des autres

D’autres mères se sentent remises en question dans leur rôle de parent au regard de la société. Le fait de devoir se lancer dans une procédure d’adoption, de ne pas être reconnue comme mère par l’état, par les services de santé, par la justice, par la voisine, par certains membres de la famille, et j’en passe peut être difficile à supporter. Il faut s’affranchir du regard des autres, et prendre son courage à deux mains pour aller au bout de la procédure d’adoption afin d’être, légitimement et aux yeux de la loi, la mère de votre enfant.


Concrentrez-vous sur votre bébé, comme me l’a dit une maman, c’est son regard à lui qui est le plus important, et si lui vous considère comme sa maman, c’est bien là l’essentiel !


La concurrence entre mères

Il peut arriver que parfois, même si l’on s’aime beaucoup, une certaine concurrence s’installe entre les deux mamans à l’arrivée du bébé. La maman biologique a peur d’être « détrônée », l’autre maman a peur de ne pas trouver sa place… et on se retrouve face à deux louves qui essayent de protéger le même petit. Mais quel est le but au fond ? S’occuper au mieux de votre bébé… Votre mission est donc commune, vous pouvez alors jouer dans la même équipe et pas l’une contre l’autre. Une seule solution à ça : le dialogue avec votre moitié. Si vous saviez les montagnes que l'on peut abattre avec une bonne discussion à cœur ouvert !

Ce souci peut parfois arriver aux couples dans lesquels les deux femmes ont eu un désir de grossesse… Dans ce cas là, pas de panique ! Chacune peut porter son propre enfant à tour de rôle, mais vous verrez que tout cela ne devient qu’un détail une fois que vous tenez votre bébé dans vos bras, qu’il soit sorti de votre ventre ou pas, l’amour ne se contrôle pas et vous submergera tôt ou tard…


Pour conclure, raccrochez-vous à la réalité, parfois l’image que l’on se fait de notre rôle de mère est un fantasme et est très loin de la vraie vie. Faites votre deuil de cette image, et apprivoisez votre rôle de Maman, avec ses bons côtés, et ses challenges (adoption, regard des autres, regard sur soi, dialogue avec sa partenaire…).


Gardez également en tête qu'il y a autant d'histoires différentes que de couples et que tout ceci ne sont que des exemples de ce qu'il peut, parfois, se produire.


Faites vous confiance, parlez vous, et soyez à l’écoute de votre instinct, vous savez ce qui est le mieux pour vous, pour votre bébé et pour votre couple.


Je vous laisse avec nos réponses à vos questions !


Comment choisir le nom de famille ?

Nous tenions à ce que Liv ait un peu de nous deux, elle a donc mon nom de famille + celui de Capucine. Nous avons choisit de ne pas lui donner de second prénom pour ne pas que ça fasse trop lourd (et aussi parce qu’on trouve que ça ne sert à rien !).


Les équipes médicales donnent-elles sa place à la seconde maman (peau à peau etc.) ?

Globalement, je dirais que oui. La chose que je vous recommande est de ne pas vous cacher ! Expliquez clairement aux équipes que vous êtes un couple, et écrivez un projet de naissance dans lequel vous dites par exemple que vous aimeriez être accompagnée à chaque instant par votre femme, que vous désirez qu’en cas de césarienne elle soit à vos côtés et fasse le premier peau à peau si vous n’en êtes pas capable, etc. Affirmez-vous, si les équipes médicales ne savent pas vraiment qui est cette personne à côté de vous, ils n’oseront pas forcément l’investir des tâches qui lui imcombent en tant que second parent ! C’est à vous d’annoncer la couleur.


Est-ce que Liv s’est directement sentie bien avec Capu ou a-t-il fallut un temps d’adaptation ?

Faut-il un temps d’adaption aux bébés vis-à-vis de leurs pères ? A priori non ! C’est donc la même chose dans le cas de deux mamans… Capu a parlé à Liv durant toute la grossesse, elle connaissant son ton de voix, la façon dont elle s’exprime mais aussi la manière dont elle la touchait à travers mon ventre, … Ce n’était pas une inconnue pour elle, on a tout de suite vu qu’elle se sentait aussi bien dans ses bras que dans les miens.


Est-ce difficile de ne pas avoir de lien de sang ?

Capucine dit que très clairement : elle s’en fout ! (voilà, vous comprenez pourquoi c’est moi qui écrit dans cette famille !). Pour elle, ça ne change absolument rien, en tout cas pour le moment. Elle n’a jamais vécu ça comme un problème et n’y pense juste pas… c’est son bébé, lien du sang ou pas. Elle a suffisamment confiance en elle pour savoir que bien d’autres choses entrent en ligne de compte que les liens de sang dans une relation humaine.


Comment Liv va-t-elle vous appeler ?

Vous êtes très nombreuses à nous poser cette question ! On se l’est aussi posée pendant un moment avant que je ne tombe enceinte… Et puis c’est devenu très clair pour nous, nous sommes toutes les deux ses mamans, sans distinctions aucune, nous nous prénomons donc Maman pour elle. Si Liv souhaite nous distinguer, elle trouvera le petit mot qu’elle veut pour le faire, celui qui lui plait !


Si vous avez un deuxième enfant, qui le portera ?

Il est très peu probable que nous ayons un deuxième enfant, mais dans le cas où ça arriverait, c’est à nouveau moi qui le porterait, Capucine ne souhaite pas et n’a jamais souhaité porter de bébé (la feignasse !).


Avez-vous peur qu’un jour votre fille dise à Capucine qu’elle n’est pas sa vraie maman ?

Ce n’est pas une crainte que nous avons. Il faut bien comprendre qu’un bébé qui débarque dans une famille de deux mamans ne trouve pas du tout ça bizarre, il est vierge de tout préjugés, de tout aprioris, c’est une page blanche ! Rien de plus normal pour lui… C’est à l’heure de la merveilleuse rébellion adolescente, que les pires mots peuvent fuser… mais en général un enfant qui a été élevé toute sa vie par ses deux parents aura bien du mal à remettre en question leur légitimité… Avec Capucine, nous avons pour coutume de dire que les gens, et les enfants, appuyent là où ils sentent une faille : si vous ne vous sentez pas 100% à l’aise dans votre rôle de parent, alors effectivement vous risquez de vous prendre un jour ou l’autre ce genre de réflexions dans les dents, alors que si vous êtes en total accord avec vous-même, votre enfant aura bien plus de mal à essayer de vous tacler là-dessus, même si évidemment, on est jamais à l’abris de rien avec les ados (ces êtres terrifiants !).


Comment gérer son impuissance à soulager la maman qui porte dans le protocole médical et durant la grossesse, en tant que seconde maman ?

Pour avoir vécu ces moments là, je dirais seulement : soyez présente ! Capu a été mon alliée de tous les instants, elle était présente à chaque moment important mais également au quotidien pour me soulager de toutes les tâches possibles. Elle m’a entouré de tout son amour et je me sentais invincible, sur une bulle, bien protégée par ma femme, donc totalement sereine pour protéger à mon tour notre bébé…


Avez-vous eu peur que la seconde maman ne ressente pas d’amour maternel envers son enfant ?

J’ai eu cette crainte pendant un petit moment, j’avais peur que le lien ne se crée pas entre Capucine & Liv, qu’elle n’ait pas cet attachement si fort… Mes doutes se sont envolés à la seconde où j’ai vu notre fille dans les bras de ma femme, j’ai su qu’il n’y avait aucune crainte à avoir…


Si vous souhaitez témoigner ou que vous avez des questions, n’hésitez pas à m’écrire sur le blog ou via mon compte Instagram : @leacr


Un merci tout particulier aux mamans qui m’ont apporté leur témoignage...

A très vite !

0 vue

REJOIGNEZ MA LISTE D'ABONNÉS

  • Instagram

© 2020 par Léa & Capucine

  • Noir Icône Instagram