top of page
  • Photo du rédacteurLéa

Comment se déroule le RDV psychologue en parcours PMA en France ?

Dernière mise à jour : 24 mai 2023

Depuis l’entrée en vigueur de la révision de la loi de bioéthique, il est possible pour les couples de femmes et les femmes en solo d’avoir recours à la PMA en France. Dans le déroulé de ce parcours français et dans le cadre d’un don de sperme ou d’ovocytes, il est obligatoire de rencontrer un psychologue ou un psychiatre, une ou plusieurs fois, pour accéder à la suite des étapes de ce parcours de procréation.


Ce RDV intrigue, pose question, inquiète aussi beaucoup et j’ai eu envie de vous donner des élements de réponse à ce sujet. Dans mes recherches, je me suis vite heurtée à un problème de taille : pas un rdv psy dans le cadre d’une PMA n’est le même…


Le problème, comme souvent lorsqu’on parle de PMA en France, c’est l’énorme manque d’harmonisation des pratiques… tout diffère d’un centre à un autre !


J’ai tout de même trouvé le moyen de vous apporter quelques éléments de réponse :


Qui de mieux pour vous répondre qu’une psychologue travaillant en centre de PMA ?


Je vous laisse donc avec Joséphine Klinkerberg, une professionnelle qui a à coeur d’accueillir toutes les personnes en parcours PMA avec bienveillance et justesse, dans le centre dans lequel elle exerce.


Quel est le but de l’entretien psychologique obligatoire en amont d’un parcours PMA en France ?

" Je vais répondre aux questions par rapport au centre d’AMP dans lequel je travaille, car chaque centre, qu’il soit privé ou public a sa propre prise en charge.


Ici, nous suivons les recommandations de l’ARS (*agence régionale de santé) qui recommande au moins deux consultations avec un psychologue et/ou psychiatre lorsque la femme seule ou le couple (hétérosexuel/lesbien) fait appel à une demande de don (que ce soit un don de sperme ou don d’ovocyte). Pour rappel il y a un extrait de loi qui autorise l’évaluation psychologique.


« Le projet de loi complète les dispositions de l'article L. 2141-10 pour ajouter une « évaluation médicale et psychologique » des demandeurs, qu'il s'agisse d'un couple ou d'une femme seule, comme préalable à l'accès à l'AMP (1° du I, article L. 2141-2 du code de la santé publique et 4° du I, article L. 2141-10 du code de la santé publique), en plus de la vérification de leur « motivation ».


Pour ma part, le but de l’entretien est une discussion avec le couple durant laquelle je fais de la psychoéducation à l’AMP. C’est-à-dire que nous reprenons ensemble les différentes méthodes (IAD/FIV), les traitements et leurs effets secondaires, la question du don de gamète ainsi que les chamboulements tant physiques que psychologiques qu’amènent une PMA. Je ne suis pas là pour poser un jugement mais plutôt pour évaluer que le couple soit en accord avec cette demande d’AMP par le don et du process que ce parcours demande. "


Est-il obligatoire dans toutes les situations : pour les couples hétéros / lesbiens et les femmes en solo ?

" Les recommandations de l’ARS stipulent bien qu’au-delà de l’orientation sexuelle ou du statut (femme seule vs en couple), dès lors qu’il y a un don de gamète, un rendez-vous avec un psychologue et/ou psychiatre est requis.

Dans le centre où je travaille nous appliquons cette règle afin d’éviter toute discrimination possible. Certains centres proposent un seul rendez-vous, d’autres plus. Ici, nous demandons deux rendez-vous afin d’apprendre à connaitre les patients pour mieux les accompagner. Nous pouvons aussi demander plusieurs rendez-vous dans certaines situations, ce qui reste peu fréquent.


L’entretien psy a-t-il un déroulé “type” commun à l’ensemble des psychologues PMA en France ?

"A ce jour il n’y a pas un déroulé « type »."


Pour vous, comment se déroule-t-il ? Pouvez-vous nous donner des exemples de questions ? Les thématiques abordées ?

" Je ne peux pas donner d’exemple type de question pour une raison d’éthique et de déontologie.


Néanmoins, pour ma part l’entretien est plus une discussion avec le couple. Nous abordons des thématiques comme le désir d’enfant, les antécédents psychologiques, la projection liée à la maternité… J’apporte aussi beaucoup d’informations sur le déroulé de la prise en charge mais aussi au niveau juridique (acte notarial…).


Je peux également faire de la réassurance lorsque que le couple a connu des échecs d’AMP à l’étranger ou encore de la psychoéducation si la patiente souffre de pathologie gynécologique (OPK, endométriose).


Je suis aussi là aussi pour faire le lien avec l’équipe. Par exemple, si la patiente souhaitant porter l’enfant a vécu des violences, ou a des difficultés dans la relation de soin, nous allons prendre en compte ces données pour s’ajuster au mieux dans la prise en charge, afin que celle-ci ne soit pas douloureuse physiquement ni psychologiquement. "


Le psychologue de PMA peut-il émettre un avis défavorable et ainsi bloquer le parcours PMA ? Globalement, quelles pourraient être les raisons d’un avis défavorable ?

" Dans le centre où je travaille, il y a deux rendez-vous psychologiques obligatoires comme je le disais plus haut. Nous sommes deux, donc les couples doivent nous voir toutes les deux.


Pourquoi deux rendez-vous ? Tout d’abord car cela permet qu’une décision ne repose pas seulement sur un seul professionnel, l’autorisant alors à avoir le plein pouvoir, et puis cela permet aussi d’avoir deux regards différents sur des situations de vie qui sont parfois complexes. Ensuite c’est en équipe pluridisciplinaire que nous prenons la décision (gynécologues, biologistes, généticien, psychologue, psychiatre).


Les refus sont possibles mais sont très peu fréquents (je parle seulement de là ou je travaille). On ne parle pas de refus catégorique mais plutôt d’un accord différé. Par exemple, dans un cas d’alcoolisme chronique, avec un désir de maternité, nous demanderons d’abord une prise en charge et une stabilité avant de pouvoir valider la prise en charge. Idem pour une personne avec des idées suicidaires, des hallucinations, ou autres symptômes complexes, non stabilisés.


Sans parler de symptômes, si nous percevons que le désir d’enfant n’est pas pleinement partagé au sein du couple, mais que la conjointe s’engage dans ce processus par amour etc., nous souhaitons aussi travailler en amont avant de valider l’entrée en parcours. "


Sur quoi réfléchir en amont pour être bien préparé ?

" Je pense qu’il ne faut pas préparer l’entretien, mais être authentique !


Si vous souffrez d’une maladie ou trouble psychologique ce n’est pas un souci pour l’AMP tant que vous êtes stabilisé. Si vous prenez un traitement, antidépresseur, anxiolytiques etc., n’hésitez pas à nous en parler, cela ne sera pas un motif de refus et va même nous permettre de nous adapter à vous dans la prise en charge globale de votre parcours. Je sais que tous les professionnels ne vont pas avoir ce regard de bienveillance et de non jugement, mais c’est ainsi que je travaille et que je pense que l’on doit fonctionner. La consultation n’est pas là pour ne donner qu’un « avis », c’est aussi un moment d’échange, d’écoute et de soutien dans la demande.


Vous devez rester vous-même. Soyez honnête et authentique. Il n’y a rien de pire pour une équipe que de découvrir un mensonge de son patient, qui peut alors se braquer. "


Un petit mot pour les couples ou personnes qui sont inquiètes au sujet de cet entretien ?

" C’est tout à fait normal d’avoir de l’inquiétude pour ce rendez-vous et de ressentir du stress. Alors oui, cela existe des professionnels pas forcément bienveillants, mais il y aussi des psychologues/ psychiatres très humains et très tolérants, sans jugement.


Nous sommes là pour vous accompagner avant tout et vous aider dans ce magnifique projet.


Vous avez aussi le droit de dire au psychologue/ psychiatre que ce rendez-vous vous stresse, que ce n’est pas évident de venir expliquer cette demande de don. Le fait de le verbaliser va vous permettre d’extérioriser les émotions. Vous n’êtes pas là pour donner toute votre histoire de vie, il n’y a pas d’obligation à tout dire non plus, mais seulement de répondre aux questions posées avec authenticité. "


Merci à Joséphine Klinkenberg, psychologue de clinique de PMA en France, d'avoir répondu à mes questions et donc je l'espère, à vos interrogations.


Que ressentez-vous après la lecture de ce post ? Avez-vous d'autres questions ? Avez-vous une expérience à partager (qu'elle soit positive ou plus négative) ?


Dites-moi tout ça sur Instagram et échangeons ensemble !

A très vite



Posts récents

Voir tout

Kommentare


bottom of page