• Léa

PMA pour Toutes : le parcours PMA en France

Dernière mise à jour : 12 mai



1. Définir son projet


Avant de se lancer dans un parcours de PMA lorsque l'on est un couple de femmes, il peut être utile de longuement en discuter ensemble, au préalable, pour dessiner les contours de ce projet :


• Qui porterait l'enfant dans l'idéal ?


• Sommes-nous en accord avec la législation française ?

A savoir : donneur non-anonyme (mais potentiel donneur anonyme imposé le temps de la transition de la loi), rdv psychologique obligatoire, longs délais d'attente possibles, choix du donneur qui ne nous appartient pas, impossibilité d'obtenir le même donneur pour une autre grossesse...


• Quelle méthode nous correspond le mieux ?

En France vous serez automatiquement dirigée vers une insémination si votre bilan de fertilité est satisfaisant, ou vers une FIV si l'équipe médicale le juge nécessaire. Si votre souhait est d'avoir recours à une ROPA (méthode de maternité partagée), ce ne sera pas possible en France. Cette méthode reste malheureusement interdite.


Si la France répond à vos besoins, rendez-vous à l'étape suivante !


2. Prendre rendez-vous au CHU le plus proche de chez vous


Ce sont les CHU (centres hospitaliers universitaires) disposant d'un service de PMA, qui seront habilités à vous recevoir pour débuter votre parcours.


Pour cela, contactez-les et demandez un rendez-vous au service PMA. Le délai d'obtention de ce rendez-vous varie d'un CHU à un autre : parfois quelques jours ou semaines, parfois quelques mois.


Lors de ce RDV vous rencontrerez un médecin qui vous expliquera comment se déroule le parcours, ce que vous devez faire, et qui vous prescrira les examens à réaliser.


Mon conseil : en amont de votre RDV, pensez à bien étudier vos cycles menstruels en notant les dates de vos règles. Ce sera une info précieuse dans le parcours.


3. Se mettre en lien avec le CECOS


Le CECOS, c'est la banque de gamètes liée au CHU. C'est là que sont stockés les paillettes de sperme et les ovocytes destinés aux dons. Parfois, l'inscription au CECOS se fait automatiquement à la suite de votre RDV au CHU, parfois pas et il faudra le faire vous-même en les contactant, et parfois, en prenant rendez-vous.


C'est généralement un médecin biologiste qui vous reçoit, c'est cette personne qui s'occupera de l'appariement (= le fait de trouver le bon donneur pour vous).


Demandez à votre médecin lors de votre 1er rendez-vous la marche à suivre.


Sachez que lorsque vous vous inscrivez sur la liste d'attente, vous pouvez demander votre rang et une estimation du temps d'attente pour obtenir un don.


4. Réaliser les examens demandés

En parallèle, il vous faudra réaliser les examens demandés par votre médecin :


• Un bilan sanguin de fertilité complet

• Un échographie pelvienne

• Un frottis (si vous n'en avez pas un récent)

• Une hystérosalpingographie


Certains de ces examens seront à faire à des moments précis de votre cycle, par celle qui souhaite porter la grossesse.

Certains centres de PMA font aussi passer des examens à la partenaire qui ne souhaite pas porter d'enfant, c'est très étonnant et assez révoltant... Manifestez votre désaccord si l'on vous demande de passer des examens alors que vous ne souhaitez pas être enceinte.


Si vous passez directement par une FIV car vos antécédents ou profil médical l'imposent alors vous n'aurez pas à passer l'hystérosalpingographie.


5. Signer la Reconnaissance conjointe anticipée + le Consentement à la PMA chez un notaire


Cette étape est obligatoire et très importante !

Grâce à la signature de ces documents, vous n'aurez pas à passer par le processus d'adoption de votre enfant, comme c'était le cas avant la loi.


Demandez à votre notaire de préparer ces documents :

• La Reconnaissance conjointe anticipée (RCA)

• Le Consentement à la PMA


Ces documents doivent être présentés en deux actes.


Nul besoin d'être mariées.


Ces documents se signent, que la PMA soit réalisée en France ou à l'étranger, absolument avant toute tentative.


6. Assister au rendez-vous psychologique


Ce rendez-vous est obligatoire et ne vise pas à évaluer de potentielles compétences parentales, mais plutôt à évoquer le processus de don, le parcours et son aspect psychologique.


Evidemment, les questions posées et le déroulement de l'entretien seront différents selon l'interlocuteur.trice que vous aurez face à vous. Il n'y a pas deux rendez-vous qui se déroulent de la même façon pour le moment mais espérons que l'Etat œuvrera à une harmonisation des procédés.


Dans certaines régions, le délai d'obtention de ce rdv est très court (quelques semaines) dans d'autres régions, il faut compter 6 mois jusqu'à parfois même 1 an.


Mon conseil : allez-y sans pression aucune, vous êtes légitimes pour devenir parents, vous n'allez pas être jugées. Répondez aux questions avec le cœur et profitez en pour aborder vos interrogations si vous en avez, avec ce ou cette professionnel.le.


7. Attendre un don


Une fois le rendez-vous psychologique passé, votre dossier passe en commission. S'il est accepté, vous voilà en attente d'un don. Cette partie est probablement la plus difficile car possiblement la plus longue...

Il vous faudra attendre qu'un don vous soit attribué pour débuter les essais. Le délai, comme évoqué précédemment, varie énormément d'un endroit de la France à un autre : entre 6 mois d'attente et plus de 2 ans parfois pour un don de sperme, entre 3 à 5 ans pour un don d'ovocytes.


Certains CECOS proposent de "recruter" des donneurs : si quelqu'un de votre entourage fait un don au CECOS dans lequel vous êtes en attente, vous pourrez remonter sur la liste... Cette pratique est illégale ! Attention, dans tous les cas ce ne sera pas le sperme de la personne recrutée dont vous bénéficierez car vous ne devez pas connaître l'identité de votre donneur. Cela fonctionne également pour les donneuses d'ovocytes.


8. Débuter le protocole pour le 1er essai


Ca y est, c'est enfin votre tour ! Vous allez pouvoir débuter votre protocole. En avant pour le traitement et pour la première tentative d'insémination ou de ponction des ovocytes.


Si plusieurs tentatives sont nécessaires, vous n'aurez généralement pas à attendre de nouveau le délai initial, la prise en charge pourra être plus rapide.


Pour en savoir plus


Ces étapes peuvent varier d'une région de la France à une autre, être plus longues, plus courtes, il peut y avoir plus de rendez-vous ou un peu moins, les choses peuvent aussi se faire dans un ordre différent : tout cela dépendra d'où vous habitez, mais c'est une base sur laquelle vous appuyer.


L'Etat devrait harmoniser les pratiques et les délais d'attente entre les régions dans les années à venir, espérons


Pour en savoir d'avantage sur les méthodes de PMA en elles-même, la conception, le lexique du milieu, la manière d'aborder les échecs, les possibilités pour optimiser sa fertilité, la PMA à l'étranger, ... n'hésitez pas à vous procurer mon Guide de la PMA à destination des couples lesbiens, récemment mis à jour avec les infos sur la PMA en France + le nouveau processus de filiation.


Pour vous procurer le Guide de la PMA, c'est par ici.


A très vite pour un nouvel article !

157 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout